Vous êtes ici:    Accueil      Ruralité      Viticulteurs et chasseurs : une collaboration active en faveur de la faune sauvage

Viticulteurs et chasseurs : une collaboration active en faveur de la faune sauvage

9 février 2015

Si nous choisissons de porter notre attention sur cette activité agricole c’est par rapport à :

  • l’importance du vin dans notre quotidien, notre histoire, notre économie
  • l’engagement des viticulteurs qui sont sensibles depuis de nombreuses années aux actions menées en faveur de la faune sauvage.

Actifs au côté du monde de la chasse (bien souvent faisant partie des deux), ces agriculteurs présents dans de nombreux terroirs sont à l’origine de démarches qui visent à conserver la biodiversité ordinaire tout en améliorant la qualité de leur production.

Exemple d’une initiative collective entre viticulteurs et chasseurs : Biodiversité et Paysage en Saumur Champigny.

Une initiative portée par le Réseau rural en région centre et avec la participation de la Fédération des Chasseurs du Maine et Loire.

12240_104_cle83c97f-1-aee87

Quel est l’intérêt pour l’exploitation viticole ?

Faune, flore, micro-organismes contribuent au bon fonctionnement des écosystèmes viticoles et participent à la durabilité du système de production à long terme : limitation des maladies, régulation des ravageurs…

La biodiversité c’est aussi des paysages variés qui sont des habitats nécessaires au maintien du petit gibier. Cette hétérogénéité est importante car elle contribue aussi au cadre de vie et à l’image du vignoble local.

Les aménagements en faveur de la biodiversité : un enjeu territorial à l’échelle de l’appellation !

Adaptées au contexte pédo climatique local et aux enjeux locaux, les actions développées doivent favoriser « la fragmentation » des ilots de vignes et réaliser une trame d’aménagements qui restaure des corridors biologiques entre les ilots boisés afin que les populations des prédateurs des ravageurs puissent se maintenir. C’est la problématique de l’Eudémis (papillon dont la chenille perfore les grains de raisin) qui trouve une solution grâce à une optique d’aménagement collectif. Ainsi 78 vignerons ont participé au programme « Biodiversité et paysage en Saumur Champigny » et ont réalisé des actions qui profitent aussi à la petite faune : quelques unes sont décrites ci dessous :

  • Recourir à des méthodes alternatives de régulation des ravageurs comme la confusion sexuelle ce qui limite les pesticides
  • Eviter les désherbages chimiques en plein au profit de la mise en place d’un couvert (naturel ou semé) couplé ou non à un travail du sol, en fonction de la vigueur de la vigne.
  • Limiter le nombre d’interventions (broyage, fauche, tonte) pour favoriser les cycles reproductifs de la faune et de la flore
  • Conserver les murets qui renferment de nombreuses cavités intéressantes et servent d’abris, de gîtes pour de nombreuses espèces (oiseaux, micromammifères, lagomorphes…)
  • Entretenir ou restaurer les points d’eau (mares) ou en créer
  • Laisser des haies spontanées se développer.

 

En savoir plus : Programme Biodiversité et paysage en Saumur Champigny

 

La biodiversité alliée du viticulteur

Depuis 2004, l’appellation Saumur Champigny s‘est engagée dans un programme en faveur de la biodiversité, coordonné par le Syndicat des producteurs. Accompagnés par des équipes de chercheurs, les vignerons ont mis en place des Zones Écologiques Réservoirs (haies, bosquets, abords enherbés…) et un système de piégeage de nuisibles, support de recherches sur la biodiversité viticole en lien avec le paysage.
Share Button

Les commentaires sont fermés

Fédération Nationale des Chasseurs

Avec 1 200 000 pratiquants, la chasse est le troisième loisir préféré des français.

Les chasseurs de France, à travers un réseau associatif structuré et dense participent activement à la protection de la nature et à l'aménagement des territoires ruraux.

Abonnez-vous à notre newsletter


Abonnez-vous à la Pibole, notre lettre d'information