Vous êtes ici:    Accueil      À la une      La valeur économique de la chasse en Europe s’élève à 16 milliards d’euros
valeur-economique-chasse-europe

La valeur économique de la chasse en Europe s’élève à 16 milliards d’euros

30 septembre 2016

Communiqué de la FACE – 30 septembre 2016, Bruxelles

Outre la contribution économique directe de la filière chasse en Europe (16 milliards d’euros), le travail bénévole des chasseurs en faveur de la protection et de la gestion des espèces et des habitats contribue au développement des zones rurales : possibilités d’emploi, renforcement du tissu social, et transmission d’une identité culturelle et des traditions.

Lors d’une conférence organisée mardi au Parlement européen, la FACE a expliqué que la valeur économique de la filière chasse en Europe s’élevait à 16 milliards d’euros. Les sept millions de chasseurs en Europe dépensent ce montant chaque année de différentes manières : permis de chasse, location de territoires de chasse, armes à feu et munitions, équipements et frais de transports. Toutefois, la contribution des chasseurs est également positive pour la société et la conservation de la nature ; les chasseurs gèrent environ 65 % du territoire de l’UE par le biais de nombreuses activités menées pour améliorer les habitats, réduire les conflits entre l’homme et la faune sauvage, diminuer les dommages causés par la faune sauvage et suivre les populations. Toutes ces activités soutiennent également le développement rural.

La conférence intitulée « La valeur économique de la chasse dans l’UE » a rassemblé des députés et des fonctionnaires européens, des représentants de l’industrie et des délégués des associations cynégétiques européennes, qui représentent actuellement sept millions de chasseurs. Le député européen Karl-Heinz Florenz, Président de l’intergroupe « Biodiversité, Chasse et Activités rurales » du Parlement européen a déclaré : « La chasse est essentielle pour les économies rurales et nationales en Europe. Il est très important de reconnaître ce point, notamment à l’égard du changement qui s’opère dans les régions rurales. Nous devons reconnaître le rôle de la chasse durable, car elle contribue à l’économie rurale, à la société et à la vitalité des zones rurales en Europe. »

La députée européenne Renata Briano, Vice-Présidente de l’Intergroupe a affirmé : « L’incidence de la chasse sur les économies nationales et sur l’économie européenne est décisive. Elle doit dès lors être prise en considération et intégrée dans les futures politiques relatives à la biodiversité et au développement rural. »

Le Président de la FACE, le Dr Michl Ebner, a présenté les données de différentes études menées en Italie, en Autriche, au Royaume-Uni, en Grèce, en France et en Irlande. Il a affirmé qu’une méthodologie intégrée permettrait d’obtenir une image encore plus précise de la contribution économique des chasseurs. « Si nous considérons les dépenses directes et le travail bénévole, la filière chasse pourrait valoir 32 milliards d’euros. Mais il s’agit d’une estimation prudente qui nécessite une méthodologie de calcul plus adaptée. » En réalité, la valeur économique de la chasse pourrait même être supérieure de 9,8 à 13 milliards d’euros en fonction des données recueillies.

En conclusion, le Président Michl Ebner déclare : « Afin de mieux évaluer la valeur économique de la chasse, nous prions la Commission européenne de charger EUROSTAT de réaliser une enquête quinquennale sur les incidences économiques de la chasse, de la pêche, de l’observation et des prélèvements des espèces sauvages. Les résultats pourraient ensuite être utilisés comme indicateur européen pour mesurer l’utilisation durable de la nature et évaluer la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique. »

Il est impossible de considérer la chasse, en tant qu’activité complexe et variée, uniquement en termes monétaires. En réalité, la chasse doit également être envisagée comme un service écosystémique qui génère des avantages immatériels pour l’économie et la nature des zones rurales en Europe. En effet, la chasse offre des possibilités d’emploi sur le long terme et une meilleure qualité de vie. Elle permet également de transmettre une identité culturelle et certaines traditions.

Alain Durand, Vice-Président Délégué de la Fédération Nationale des Chasseurs (France), Kate Ives, Senior Business Intelligence chez BASC (Royaume-Uni), et Manfred Kind, Directeur de l’entreprise AKAH (Allemagne) étaient également orateurs lors de cette conférence.

Des photographies, des informations supplémentaires et les présentations des orateurs sont disponibles sur le site www.face.eu et conference.face.eu

 

Share Button

Les commentaires sont fermés

Fédération Nationale des Chasseurs

Avec 1 200 000 pratiquants, la chasse est le troisième loisir préféré des français.

Les chasseurs de France, à travers un réseau associatif structuré et dense participent activement à la protection de la nature et à l'aménagement des territoires ruraux.

Abonnez-vous à notre newsletter


Abonnez-vous à la Pibole, notre lettre d'information