Vous êtes ici:    Accueil      À la une      Lettre aux écologistes sectaires
hauts-de-france

Lettre aux écologistes sectaires

23 février 2017

Lettre de GUY HARLE D’OPHOVE, Conseiller Régional des Hauts-de-France en réponse à l’article paru dans la VOIX DU NORD 12 février 2017 
Télécharger la lettre

La Voix du Nord s’est récemment fait l’écho de vos cris d’orfraies d’écologistes militants qui ne trouveraient plus avec la nouvelle Région des Hauts-de-France les conditions favorables à la poursuite de leur mainmise sur la politique environnementale de la Région.

C’est tout à fait exact.

Mme Sandrine Rousseau a raison quand elle déclare que les chasseurs, lors de l’inauguration de l’exposition sur la chasse au siège de la Région, ont donné l’image « d’un groupe venu mettre un drapeau sur un fort pris à l’ennemi » : nous avons abattu le drapeau de l’intolérance et du militantisme partisan pour le remplacer par celui du bon sens paysan et de l’intérêt général.

Nous ne poursuivrons plus le biberonnage régional de certaines associations sectaires dont les résultats concrets sur le terrain sont un échec patent et qui, au surplus, jouent les justiciers de la nature en attaquant devant les tribunaux les autres usagers et en bloquant le développement économique dont notre région a besoin.

Tous les chiffres publiés sur la perte de la biodiversité témoignent de cet échec et personne, une fois de plus, n’a eu le courage d’en tirer les conclusions, dont la première est de se poser la question du pourquoi cela ne marche pas.

Il est fort dommage que la presse Lilloise qui écrit des articles sur notre politique sans jamais nous interroger ne se pose pas plus de questions sur les résultats obtenus ces dernières années au regard des sommes englouties.

La réponse est pourtant simple : avec ces politiques écologistes basées sur la sanctuarisation des milieux que vous manipulez dans votre propre intérêt, vous avez exclu les principaux acteurs de ces territoires, les ruraux, qui, aujourd’hui, dans leur très large majorité, rejettent cette politique de confiscation de leur territoire.

Au lieu de les mobiliser et de les responsabiliser, vous en avez fait des opposants à la politique de l’environnement, voire à la politique dans son ensemble, ce qui est une hérésie vu leur passion et leur engagement au quotidien pour la défense du patrimoine naturel.

C’est votre plus grand échec que vous partagez de partout en France et dans le monde avec tous ceux qui continuent de prôner la mise sous cloche administrative de nos espaces naturels.

Sauf à continuer à acheter sur fonds publics tout le territoire, vous n’arrivez à rien, excepté à développer vos associations avec des dizaines d’emplois financés artificiellement pour des études à n’en plus finir, sans aucune logique économique autre que de ponctionner l’argent du contribuable.
1
Malgré tous vos beaux diplômes, votre dogmatisme vous éloigne de la science et du terrain, et vous avez manifestement besoin de relire, ou de lire enfin, Claude Lévi-Strauss sur l’étendue des savoirs naturalistes locaux.

Alors effectivement, le Président de notre nouvelle Région, Xavier Bertrand, a tenu sa parole électorale et, fait nouveau et exceptionnel, la politique de l’environnement a été confiée à des ruraux.

L’homme est replacé au cœur de cette nouvelle politique.

Nous lui redonnons du bon sens dans un contexte budgétaire régional difficile hérité de la gestion financière calamiteuse du précédent mandat.

Nous apportons et apporterons notre soutien à des projets et non plus à des structures.

Toutes les associations sont logées à la même enseigne qu’elles soient fédérations des chasseurs ou associations naturalistes : nous voulons des projets concrets qui donnent des résultats sur le terrain et non plus financer, sans résultat précis et mesurable, de véritables réseaux de poupées russes associatives militantes atteintes de réunionite aiguë.

Nous ne ferons pas preuve d’ostracisme comme le fit la précédente majorité verdâtre du Nord-Pas de Calais en refusant de financer des dossiers présentés par les chasseurs et en rédigeant des documents administratifs sous la plume de vos associations comme ce fut le cas pour le Schéma Régional de Cohérence Ecologique qui vient d’être annulé par le Tribunal Administratif de Lille.

Encore un résultat affligeant pour votre approche militante, là encore financée à coup de plusieurs centaines de milliers d’euros, sinon d’avoir généré une fronde générale des acteurs de la ruralité, dont nos communes rurales.

Nous n’avons pas financé la réintroduction du castor dans l’Avesnois : si le castor revient cela devra être naturellement, pas artificiellement sur fonds publics. Si la Région doit aider les territoires, il y a d’autres projets plus intelligents à financer au profit du maintien des services aux habitants.

Nous ne finançons plus les acquisitions de milieux naturels avec des budgets alimentés à 99% par des crédits publics au profit d’associations privées. Cet enrichissement sur le dos de la Région ou de l’Europe est terminé.

Nous sortons donc de cette politique dogmatique d’un autre temps qui vole au ras des pâquerettes et pas dans l’intérêt général pour développer une nouvelle politique pragmatique, économe, motivante, participative et impliquant tous les acteurs qu’ils soient ruraux, comme urbains.

Tous les vrais gestionnaires de terrain qui s’investissent pour la nature et la valorisation de notre belle région nous suivront. Et c’est là l’essentiel.
Recevez, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.

GUY HARLE D’OPHOVE

Share Button

Les commentaires sont fermés

Fédération Nationale des Chasseurs

Avec 1 200 000 pratiquants, la chasse est le troisième loisir préféré des français.

Les chasseurs de France, à travers un réseau associatif structuré et dense participent activement à la protection de la nature et à l'aménagement des territoires ruraux.

Abonnez-vous à notre newsletter


Abonnez-vous à la Pibole, notre lettre d'information