Vous êtes ici:    Accueil      Chasser en France      Les chiens de chasse      L’alimentation du chien

L’alimentation du chien

L’alimentation du chien adulte Le chien de chasse adulte est un « saisonnier » : il n’aura pas besoin de la même alimentation pendant la période de chasse et durant le reste de l’année.

  • Hors période de chasse
  • Avant l’ouverture
  • Pendant la chasse
  • L’abreuvement

Hors période de chasse : la règle d’or = une alimentation équilibrée

Le chien n’est pas un carnivore strict.
Sa ration équilibrée doit contenir, non seulement de la viande (qui apporte les protéines), mais aussi des céréales (riz, pâtes qui apportent les glucides) et des légumes cuits (fibres). Les proportions sont d’environ 1/3 de chaque famille MAIS, de façon tout aussi indispensable, la ration alimentaire doit être complémentée en acides gras essentiels (huile végétale), vitamines et sels minéraux (qui apportent notamment calcium et oligo-éléments).
Selon les races, l’âge et le mode de vie plus ou moins sédentaire du chien, ceci nous amène à des proportions de chaque famille de nutriments allant de 30/30/30/10 à 40/30/20/10. Si l’on omet la complémentation en huile, vitamines et minéraux, on expose à divers troubles de carence (mauvaise cicatrisation, fatigabilité, troubles de la peau, des os, …). La viande doit être maigre, sinon la proportion de protéines apportée par cette matière première sera insuffisante.
Le riz ou les pâtes doivent être bien cuits, sinon le chien les digère mal.

Alimentation « maison » ou industrielle ?
Il faut garder en tête que la ration ménagère n’est pas facile à équilibrer et que l’aliment industriel (croquettes ou pâtée) est une solution permettant d’atteindre facilement l’équilibre nutritionnel et d’éviter les carences.
L’alimentation « maison » demande d’établir au préalable la ration en qualité, en proportions de chaque élément et en quantité. Votre vétérinaire peut vous apporter des conseils pour ce calcul de ration.
Si vous avez du gibier à donner régulièrement à votre chien, il est indispensable de le complémenter avec des céréales et des légumes et d’apporter le complément en huile, vitamines et minéraux. Pour des raisons sanitaires, il est particulièrement recommandé de donner de la viande de gibier cuite.

Les restes de vos repas sont à proscrire
Il n’y a aucune raison qu’ils soient bien équilibrés pour votre chien. De plus, ils varient constamment et le changement dans la composition de la ration d’un chien est préjudiciable à une bonne digestion et un bon équilibre. Un changement de régime doit toujours se faire progressivement.
Donner les restes de repas à votre chien en plus de son alimentation serait par ailleurs l’exposer à des risques d’obésité à plus ou moins long terme.

Avant l’ouverture

C’est la période de remise en forme et le moment de vérifier le poids de votre chien. S’il a pris beaucoup de poids (augmentation de plus de 20%), il faut le mettre au régime au moins 3-4 semaines avant l’ouverture de la chasse (en même temps qu’il va reprendre son entraînement). Deux moyens : le rationnement (40% en moins que la ration indiquée pour le poids cible (« idéal ») de votre chien) ou l’utilisation d’une alimentation hypo-énergétique.


Pendant la chasse : Pour votre chien et son alimentation, c’est la haute saison !

Adaptation de la ration

Si vous chassez beaucoup, votre chien sera actif toute la journée à l’extérieur et ceci de façon régulière et répétée. Son alimentation doit alors s’adapter à un besoin énergétique accru. C’est en effet le besoin en calories qui augmente en période de chasse, tout en sachant que le surplus d’énergie sera plus facilement apporté par les lipides que par les glucides, que le chien digère mal.

Alimentation industrielle : augmenter de 10% à 20% la quantité de croquettes ou passer à un aliment plus énergétique (la gamme d’aliments spécifiques permet aujourd’hui de trouver l’aliment adapté).
Alimentation « maison » : une solution simple consiste à remplacer en partie la viande maigre par de la viande plus grasse.
Si l’activité de chasse de votre chien n’est qu’occasionnelle, la distribution d’un aliment plus énergétique ne doit se faire qu’occasionnellement (veille + jour de chasse)

Faut-il nourrir son chien le matin même de la chasse ou la veille au soir ?

La distribution du repas le soir est une bonne habitude. De toute façon, évitez de distribuer un repas important pendant les 2 heures qui précèdent l’effort. Cette recommandation d’ordre général, est d’autant plus forte pour les grands chiens qui peuvent être sensibles à la torsion d’estomac. Il est alors préférable de distribuer la ration alimentaire en plusieurs fois (au moins 2).

Le jour même de la chasse, emportez sur vous un complément énergétique en cas de besoin pour votre chien. Attention ! Un complément énergétique n’est pas une friandise classique (à ce sujet, n’oubliez pas que le chocolat est toxique pour le chien) ! Adressez-vous à votre vétérinaire !

L’abreuvement

L’eau est le premier nutriment et aliment indispensable à la vie. Il ne faut pas oublier que le corps est composé à 60% d’eau ! Un chien doit consommer environ 50 à 75 ml d’eau/kg/jour. Il trouve cette eau dans son alimentation (sauf croquettes) et dans l’abreuvement.

A domicile

Laisser de l’eau fraîche disponible en permanence.

En action de chasse

Le chien trouvera des occasions de boire, mais l’eau peut ne pas être de bonne qualité. Il vaut mieux éviter les eaux stagnantes (risques sanitaires, notamment leptospirose, et risque d’accumulation de contaminants).
Dans la mesure du possible privilégier l’eau des ruisseaux, qui court.
L’essentiel est surtout de s’assurer d’avoir toujours de l’eau à proximité de sa voiture afin de faire boire son chien pendant les pauses et aussitôt la fin de la chasse.

Les commentaires sont fermés

  • Subsidiarité, adaptabilité, transparence : la construction environnementale européenne doit cesser d'être dévoyée #chasse2017

Fédération Nationale des Chasseurs

Avec 1 200 000 pratiquants, la chasse est le troisième loisir préféré des français.

Les chasseurs de France, à travers un réseau associatif structuré et dense participent activement à la protection de la nature et à l'aménagement des territoires ruraux.

Abonnez-vous à notre newsletter


Abonnez-vous à la Pibole, notre lettre d'information